Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Dr. med. Brigitte Kalbacher

Brigitte Kalbacher
Spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH, médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz

Dr. med. Brigitte Kalbacher

Brigitte Kalbacher est médecin, spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH. Depuis 2008 elle est médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz.

Toutes les réponses de Dr. med. Brigitte Kalbacher

Brigitte Kalbacher
Dr. med. Brigitte Kalbacher

Spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH, médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz

La diamine oxydase (DAO) est une enzyme qui dégrade l’histamine, une amine biogène, dans l’organisme. Le dosage de la DAO permet de déterminer s’il existe une «intolérance à l’histamine».

À partir d’une valeur de 10 U/ml, l’activité est considérée comme physiologique - cette valeur est donc normale.

Brigitte Kalbacher
Dr. med. Brigitte Kalbacher

Spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH, médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz

Le plus sûr est de couvrir la cicatrice avec un textile ou un sparadrap. Et si cela s’avère difficile, je recommande l’application d’une protection solaire d'indice 50+. Il existe aussi des écrans solaires en bâton qui tiennent bien sur une cicatrice. À appliquer généreusement.

Brigitte Kalbacher
Dr. med. Brigitte Kalbacher

Spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH, médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz

Chère Helga, on distingue ici différentes formes d’allergies: la lucite polymorphe, la phototoxicité, la photoallergie, l’urticaire solaire. La lucite polymorphe est la forme la plus fréquente. Il s’agit généralement d’une sensibilité accrue aux rayons U.V.A. Des métabolites se forment suite à une exposition au soleil, provoquant une inflammation cutanée accompagnée de fortes démangeaisons. La lucite polymorphe est particulièrement fréquente du printemps au début de l’été.

Brigitte Kalbacher
Dr. med. Brigitte Kalbacher

Spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH, médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz

Bonjour Jenny, oui, c’est effectivement le cas. Il faut toutefois nuancer, sachant qu’un t-shirt blanc classique laisse tout de même passer environ 40% des U.V. Les textiles de couleur sont plus efficaces (en effet les pigments colorés les rendent plus opaques). Le tissu doit être tissé finement. Pour voir la différence, il suffit de le tenir à contre-jour. Les textiles mouillés laissent également passer davantage de rayons U.V. Il existe des shirts anti-U.V., surtout pour le sport.

Brigitte Kalbacher
Dr. med. Brigitte Kalbacher

Spécialiste en dermatologie et vénérologie FMH, médecin responsable du centre Medbase St. Gallen am Vadianplatz

Bonjour Kleeblatt, j’utiliserais encore cette crème. Il est néanmoins possible qu’elle ait un peu perdu en efficacité. Pour qu’une crème se conserve bien, il faut veiller à la ranger dans un endroit aussi frais que possible et à bien en nettoyer le couvercle. Si la consistance, la couleur et l’odeur sont intactes, on peut encore l’utiliser en appliquant une couche suffisante.

Les articles de Dr. med. Brigitte Kalbacher

Faites connaissance avec nos experts


Cela pourrait également vous intéresser:

Paid Post: 10 questions à Belinda Bencic

A lire
teaser-bencic