Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Votre enfant est malade? Voici comment s’organiser

Lorsqu’un enfant tombe soudainement malade, de nombreux systèmes familiaux sont ébranlés. Avec le coronavirus, de nombreuses crèches sont devenues plus strictes. Voici comment les parents qui travaillent peuvent s'organiser.

En pleine nuit à 2 heures du matin, les parents sont tirés de leur sommeil: la petite Malea a vomi. Au petit matin, trois machines à laver ont déjà été faites - les mots de l'email de la crèche résonnent: «Nous sommes actuellement en pleine vague de gastro-entérite». Les parents informent l'animatrice: Malea ne viendra pas aujourd'hui. Ils ne sont pas les seuls, la moitié du groupe est à la maison. Gastro-entérite, virus RS, bronchite - les maladies se propagent à une vitesse folle dans les groupes de jeunes enfants. Les mesures de protection contre le coronavirus n'ont pas aidé le système de défense naturel des enfants.

Depuis la pandémie, de nombreuses crèches sont également devenues plus prudentes: la crèche de Léon, l'ami de Malea, par exemple, n'accepte pas les enfants s'ils toussent plus de trois fois par jour.

Au moins, Sonja, la mère de Maléa, n'est pas complètement absente du travail aujourd'hui. Elle se connecte à la séance depuis son poste de télétravail. Pour une fois, la caméra reste éteinte. Sa fille est assis sur ses genoux. Juste au moment où elle reçoit un appel, l’enfant vomit dans son décolleté. «Sonja? Où en sont les chiffres trimestriels?», demande son chef. L'enfant se met à crier. Un collègue de travail lui envoie un message privé sur le chat: «Je compatis avec toi. J'ai dû aller chercher ma fille à la crèche parce qu'elle a une conjonctivite. Ma femme est en formation continue - je devais avoir une présentation importante aujourd'hui. C'est désormais tout le système qui s'effondre», écrit-il. Que faire?

(Voir suite ci-dessous...)

Option 1: activer son réseau

Liste de contrôle pour la prise en charge d'urgence
  • Établissez une liste d'urgence de votre entourage: à qui pourriez-vous confier votre enfant, même malade? Le parrain ou la marraine, les grands-parents, peut-être même le voisin?
  • La Croix-Rouge suisse propose des services de «garde d'enfants à domicile» dans pratiquement toute la Suisse (dans 23 associations cantonales Croix-Rouge).
  • De nombreuses associations locales d'aide et de soins à domicile proposent également un service d'urgence avec garde d'enfants.
  • Certaines caisses-maladie, comme atupri ou Swica, intègrent le service d'une nounou d'urgence. Il vaut la peine de s’informer.
  • Certains services communaux proposent un service de garde d’enfant d'urgence. Dans de nombreuses communes, il est également judicieux de se renseigner auprès des services sociaux de l'Église.
  • Dans les régions de Zurich, Bâle et Berne, l'organisation «Profawo» fournit des nounous de secours.

De nombreux parents sont dans la même situation que Sonja et son collègue de travail. Leur enfant est malade et ne peut pas aller à la crèche. On ne peut alors qu'espérer que l'un des parents fasse du télétravail, que l'enfant dorme un peu plus que d'habitude - ou que l'on dispose d'un bon réseau de grands-parents, de parrains/marraines ou d'amis qui peuvent prendre le relais.

Option 2: se mettre en arrêt maladie

S'il n'y a personne dans l'entourage qui peut intervenir et apporter son soutien, on peut se faire porter malade avec l'enfant auprès de son supérieur: selon la loi suisse sur le travail, l'employeur doit libérer jusqu'à trois jours pour la garde de l'enfant - par cas de maladie. Il peut exiger un certificat médical à cet effet. 

Option 3: demander une aide extérieure

Si rien ne marche, les parents ont en outre la possibilité de recourir à une garde d'urgence. La Croix-Rouge suisse propose par exemple ce service, des personnes formées à l'accompagnement se rendent au domicile de la famille. Selon Katrin Schöni de la Croix-Rouge, cela présente un avantage essentiel: «Les enfants sont pris en charge dans leur environnement habituel. Cela leur procure un sentiment de sécurité et de confort.»

Le lendemain, Sonja a lavé le lapin en peluche de Malea pour la quatrième fois, son partenaire a préparé la quatorzième tisane au fenouil et connaît Tip la souris par cœur, l'enfant annonce, le visage encore un peu verdâtre, mais avec un sourire triomphant: «Malea mieux!» Sonja parvient enfin à consulter ses e-mails. L'un d'eux provient de la crèche. Objet: «Attention, la maladie pieds-mains-bouche circule». 

En lien avec le sujet

vers le Dossier

de Silja Kornacher,

publié le 27.01.2022

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser:

L’automne est de retour: recettes, conseils et des idées

À découvrir
herbst-sticky