Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Comment reconnaître les narcissiques?

Le narcissisme est un peu dans la plupart d'entre nous. De quoi est-il question exactement? À partir de quand le narcissisme est-il pathologique ? Et comment une relation avec des personnes narcissiques est-elle possible? Un expert en troubles narcissiques de la personnalité nous répond.

Qu’entend-on par narcissisme?

L'estime de soi d'un-e personne narcissique est fragile et peut être rapidement ébranlée par des critiques, même supposées. Pour se sentir plus grand, on rabaisse l'autre. C'est pourquoi les personnes narcissiques semblent souvent peu empathiques au quotidien, se surestiment, profitent des autres ou les méprisent. Le narcissisme a deux états extrêmes: en cas de succès, la personne est sur un nuage grandiose et attend un traitement spécial. À l'inverse, en cas d'échec, l'humeur bascule dans une négativité sans fond et la personne se dit: «Je ne suis capable de rien. Je ne suis rien».

Quelle est la part de narcissisme encore normale et à partir de quand devient-elle pathologique ?

Nous avons tous besoin de nous sentir bons, importants, intéressants et peut-être puissants. Le degré d'acuité de ce besoin et la flexibilité avec laquelle nous sommes capables d’y répondre sont déterminants. Un autre critère important est de savoir si la personne concernée ou son entourage en souffrent.

Quels sont les comportements typiquement narcissiques?

Le narcissisme pathologique s’appuie sur le principe de la carotte et du bâton: parce que la personne narcissique a besoin de vous, elle vous donne le sentiment d'être le ou la meilleure. L'instant d'après, elle vous dévalorise à nouveau pour se sentir mieux et garder le contrôle. Les personnes narcissiques sont habiles et manipulatrices pour vous garder sous leur coupe, même si elles ne le font pas exprès. J’aimerais déculpabiliser ces personnes, car elles ne vont pas bien même si elles laissent penser le contraire. Il faut quand même s’en protéger. Lorsque l'on se sent à la merci de quelqu'un, une vigilance accrue est de mise.

Quelles sont les causes du narcissisme?

Il faut que j’élabore un peu: à mon avis, il n'y a pas de causes très spécifiques. Cependant, chez beaucoup d'entre elles, on trouve des anomalies dans la relation avec les personnes de référence primaires, par exemple les parents, pendant l'enfance. Les besoins élémentaires de l'enfant en matière de proximité, de compréhension et de connaissance de ses propres sentiments n'ont pas été satisfaits. Par exemple: un petit garçon tombe et pleure. La personne de référence réagit en disant: «Arrête donc de pleurer!» au lieu de consoler l'enfant. L'émotion est niée et jugée comme inadaptée. L'enfant ne se comprend pas lui-même parce qu'il n'apprend pas à nommer ses propres sentiments et besoins. Ce déficit perdure à l'âge adulte et entraîne une aliénation. Certains de mes patients avaient des parents instables et ont dû se comporter très tôt comme des adultes. Ils s'occupaient par exemple de leurs jeunes frères et sœurs. Ils étaient importants pour la famille, non pas en tant que personne, mais pour ce qu'ils faisaient. Mais c'est une observation personnelle ...

Les gens viennent-ils en thérapie pour le narcissisme ou plutôt pour d'autres maladies, comme la dépression, qui l'accompagnent souvent?

Jusqu'à présent, personne n'est venu en me disant: «Je crois que je suis narcissique». Je traite généralement les narcissiques en échec qui sont déprimés ou qui ont un trouble anxieux.

Dites-vous de but en blanc à vos patients qu'ils sont narcissiques?

Oui, mais après un certain temps. La plupart du temps, le narcissisme se manifeste lors des séances. Par exemple, la personne dit quelque chose et je me retire immédiatement intérieurement. Je le verbalise: «Avez-vous remarqué qu’une distance vient de se créer?». Ensuite, on en parle. Je ne dis pas: «Vous êtes narcissique». Je fais en sorte qu'ils y pensent eux-mêmes.

Personne ne veut se coller l'étiquette de narcissique.

La révélation d'un diagnostic a deux composantes: d'une part, il s'agit d'une stigmatisation, que l'on retrouve également dans les cas de dépression, de troubles anxieux et autres. D'autre part, beaucoup sont heureux de mettre un nom sur ce qui leur pèse. En cas de narcissisme pathologique, ils apprennent qu'il s'agit d'une maladie. Ils se sentent moins seuls parce qu'il y a d'autres personnes concernées.

Comment traiter le narcissisme au niveau thérapeutique ?

Avec l'interaction: que se passe-t-il dans la thérapie avec moi en tant que thérapeute et avec vous en tant que personne concernée? J'ai dit un jour à un patient: «Aujourd'hui, je n'avais pas du tout envie de faire une séance avec vous». C'était très conflictuel. Bien sûr, je lui en ai expliqué la raison plus tard. Ce patient était implicitement très exigeant lors des séances. Il était plutôt silencieux et voulait que je le porte plus loin, que je le soutienne, que je pose des questions intelligentes qui le fassent avancer. Je lui ai dit que je trouvais cela dommage et que nous pourrions y travailler ensemble lors de la séance.

(Voir suite ci-dessous...)

Les personnes narcissiques peuvent-elles changer?

En sont-elles vraiment capables? (rires)

Je ne sais pas (rires). C'est vous l'expert. Jusqu'à un certain point peut-être?

Je dirais narcissique un jour, narcissique toujours. On ne peut pas changer sa personnalité, mais on peut changer son comportement. Sinon, personne ne viendrait en thérapie. Je peux soutenir mon/ma partenaire dans le schéma narcissique. Par exemple, en faisant le compliment nécessaire dès l’instant où il est sincère. Il faut que les deux parties soient conscientes du problème pour pouvoir s'y attaquer.

Y a-t-il des «victimes» typiques de personnes narcissiques?

Les personnes peu sûres d'elles et anxieuses, à qui il est facile de faire comprendre que quelque chose ne va pas chez elles et non l'inverse Il est difficile pour ces personnes de s’extraire d'une telle relation. En principe, cela peut arriver à tout le monde et on n'y est pour rien.

Selon vous, est-il possible de vivre une relation amoureuse heureuse avec une personne narcissique?

Oui, mais il faut se battre pour cela. Rares sont les personnes qui sont narcissiques au point de ne pas pouvoir le faire. En tant que partenaire, il faut être clair-e: «Qu'est-ce qui se passe en moi? Qu'est-ce que cela provoque en moi?» Et avoir la force de l'exprimer. Tenir bon et entrer en conflit. Parce que les personnes narcissiques essaient de vous enlever des choses en vous faisant croire que ces sentiments ou ces besoins n'ont pas de fondement et que quelque chose ne va pas chez vous. Il est important de faire comprendre à l'autre ce que l'on déclenche chez lui.

Pour cela, il faut une certaine dose d'empathie. Les personnes atteintes de narcissisme grave sont-elles capables de se mettre à la place de l'autre?

Oui, la plupart le sont. Avec un minimum d'intellect, elles peuvent au moins le comprendre rationnellement. Au premier abord, il peut ne pas sembler que l'empathie revienne. Mais cela ne veut pas dire que c’est inéluctable. Vous devez être très réaliste et sûr de vous en tant que partenaire. Avoir conscience de vos propres sentiments et ne pas vous laisser déstabiliser. Dans les situations extrêmes, vous devez pouvoir prendre de la distance et dire «Stop! On ne peut pas continuer comme ça. Je suis blessé-e et il faut que je m’arrête». Les personnes narcissiques veulent discuter des choses sans fin pour imposer leur volonté.

Les narcissiques se laissent-ils approcher par des personnes réfléchies et sûres d'elles?

Les narcissiques pathologiques, non.

Que peut-on dire de positif sur les personnes narcissiques?

C'est justement dans les amitiés de longue date que l'on n'e voit pas forcément le côté destructeur d’une personne. La personne narcissique se sent en sécurité avec vous et n'a pas besoin de jouer sur tous les tableaux pour soutenir son estime de soi. Parce qu'elle veut vous faire sentir bien, vous pouvez passer un super moment ensemble.

Parce que les narcissiques mettent l'accent sur les autres, ils sont habitués à juger leurs motivations. Ils ont un sens de l'observation impressionnant pour évaluer les autres et repèrent rapidement des choses que d'autres ne remarqueraient que bien plus tard. 

Les narcissiques intelligents sont convaincants et enthousiasmants. Dans le contexte professionnel, ils sont assidus et possèdent un grand savoir-faire en raison des exigences élevées qu'ils se fixent. La compétence qu'ils dégagent me fascine. Parce qu'ils sont de très bons orateurs sur scène, on aime les écouter. C'est pourquoi on les rencontre souvent dans des postes de direction, sur scène, en politique ...

Le narcissisme peut être un grand moteur et un grand motivateur. Les narcissiques peuvent faire avancer les choses, s'accrocher. De nombreuses réussites dans la société reposent sur ce trait de caractère. Je pense qu'il est très important de sortir le narcissisme de son format pathologique, car il ne l'est que très rarement. La plupart de ces personnes s'en sortent très bien dans la vie, même si elles présentent des traits narcissiques.

Vos meilleurs conseils pour gérer les narcissiques?

Ce ne sont pas des gens méchants. Il faut apprendre à reconnaître le moi fragile de ces personnes. Si j'y parviens, j'aurai gagné. «Vous vous sentez petit. C'est pourquoi vous devez me dévaloriser». Je sais d'où viennent ces rabaissements et que cela ne vient pas de moi. Je crois que c'est ça, le truc...

En lien avec le sujet

Vers le Dossier

de Murielle Bona,

publié le 11.09.2023


Cela pourrait également vous intéresser:

Du 20 au 26 février, 1 filet de grapefruits ou 500 g de pommes gala à Fr. 1.–

En savoir plus
Vitaminfranken FR