Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Quels sont les signes indicateurs d’une myocardite?

Une infection virale banale est la cause la plus fréquente des inflammations du muscle cardiaque. Pour éviter les complications, il faut alors se ménager.

Une myocardite peut survenir à tout âge et toucher également les personnes jeunes jusque-là en bonne santé. Dans le jargon médical, on parle de myocardite. Le terme est composé de «myocarde» (muscle cardiaque) et du suffixe «-ite». Ce suffixe est utilisé en médecine lorsque l’on est en présence d’une inflammation.

Les causes d'une myocardite

La myocardite est souvent précédée d'une infection qui se propage jusqu’au muscle cardiaque. Il s'agit le plus souvent d'une infection respiratoire de type grippal ou d'une diarrhée infectieuse. La myocardite est généralement due à des virus (par exemple les adénovirus ou les virus Coxsackie) et plus rarement à des bactéries et autres agents pathogènes (par exemple certains streptocoques responsables de la scarlatine ou les borrélies, qui peuvent être transmises lors d'une morsure de tique). Une myocardite peut également survenir en cas d'infection par le Sars-CoV-2 ou après une vaccination contre le Covid, mais cela reste rare.

Une cause plus rare de myocardite est une maladie auto-immune. Dans ce cas, le système immunitaire attaque le muscle cardiaque, ce qui provoque une inflammation. Les médicaments - notamment certaines chimiothérapies - peuvent également endommager le cœur et entraîner une myocardite. Enfin, les poisons peuvent également léser le muscle cardiaque, à commencer par l'alcool en excès ou d'autres drogues.

Voici les symptômes de la myocardite

Bon à savoir
  • En cas d'infection aiguë fébrile, il est conseillé de se ménager et de ne pas faire de grands efforts physiques. Ce conseil est valable jusqu'à ce que l'on se sente vraiment en forme après avoir surmonté l'infection.
  • De nombreuses personnes ressentent de temps en temps un «battement de cœur supplémentaire» inoffensif. Cela se produit souvent le soir au lit, lorsque la personne se repose. Contrairement à la myocardite, ces «extrasystoles» n’entravent pas les performances physiques.

Outre une sensation générale de malaise, trois symptômes peuvent indiquer la présence d’une myocardite: des douleurs thoraciques, un essoufflement à l'effort et des troubles du rythme cardiaque. Les troubles du rythme cardiaque peuvent se manifester par des palpitations, de brèves interruptions, un pouls anormalement rapide ou au contraire très lent, voire une brève perte de connaissance. En cas de symptômes importants, il faut appeler l'ambulance. Tout cela est généralement précédé d'une banale infection des voies respiratoires ou d'une diarrhée.

Les personnes souffrant d'une myocardite se sentent presque toujours globalement fatiguées et s'épuisent rapidement. Si le muscle cardiaque est plus enflammé, la capacité de pompage du cœur peut diminuer. Cela se remarque davantage à l'effort qu'au repos. Si la capacité de pompage du cœur diminue nettement, il se produit une rétention d'eau dans le corps, avec gonflement des chevilles, augmentation de poids et aggravation de l'essoufflement.

Heureusement, le pire des cas - la mort subite d'origine cardiaque - ne se produit que rarement.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le Dossier

Myocardite: le diagnostic

Le diagnostic repose sur un entretien avec le médecin, un examen physique, une analyse de sang et la mesure des battements du cœur (ECG), éventuellement accompagnée d'une radiographie du thorax. La plupart du temps, ces examens peuvent être effectués par le médecin de famille. Si rien n'apparaît, il est improbable qu’il s’agisse d’une myocardite. En revanche, s'il y a quelque chose d'anormal, on procède à un diagnostic plus approfondi avec une échographie cardiaque, une IRM et ou d'autres examens spécifiques. Dans les cas graves, un cathétérisme cardiaque est effectué et / ou un petit échantillon de tissu est prélevé sur le muscle cardiaque.

Comment traiter une myocardite

Le premier conseil est de se ménager et, en règle générale, de ne pas faire de sport pendant une période pouvant aller jusqu'à six mois. La majorité des myocardites guérissent sans séquelles avec ce seul traitement. Dans la mesure du possible, la cause de la myocardite est également traitée, ou des médicaments anti-inflammatoires sont administrés.

Dans les cas les plus graves, si le débit cardiaque diminue sensiblement, des médicaments sont utilisés pour soulager et soutenir le muscle cardiaque, comme dans les autres formes d'insuffisance cardiaque. Des inhibiteurs de l'ECA ou des bêtabloquants sont par exemple prescrits. Dans les cas graves, la ou les personnes concernées sont hospitalisées. Ensuite, selon les cas, des médicaments sont utilisés pour freiner le système immunitaire.

Le pronostic après une maladie

En général, environ deux tiers des myocardites guérissent sans séquelles. Chez certaines personnes, la récupération peut être incomplète et laisser subsister, par exemple, une tendance aux «battements cardiaques supplémentaires».

Chez environ 15 à 20 personnes sur 100, la myocardite endommage le muscle cardiaque de manière chronique, au point que la capacité de pompage du cœur diminue durablement. Le cœur est alors soutenu par des médicaments et, si nécessaire, par un stimulateur cardiaque. Il est rare que le débit cardiaque diminue à un point tel que seule une transplantation cardiaque peut encore aider.

de Dr méd. Bernd Eigenberger,

publié le 12.06.2022


Cela pourrait également vous intéresser:

Abonnez-vous à la newsletter iMpuls et gagnez des cartes cadeau Migros

Inscrivez-vous
geschenk-icon0