Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Bénévolat: pourquoi il est bon de faire le bien

S’engager ne profite pas seulement aux autres. Le bénévolat peut avoir un effet positif sur le bien-être personnel. Les explications d’une experte.

Avez-vous déjà fait une bonne action aujourd’hui? Celles et ceux qui aident les autres à traverser la rue, à faire les courses ou à accomplir les tâches ménagères connaissent bien ce sentiment de joie que provoque cet élan de solidarité. Ou est-ce juste le fruit de leur imagination? «Pas du tout», dit Susanne Bürgi. Quiconque rend service à un individu, en retirera également des bienfaits.

Voici comment le bénévolat rend heureux

«Pour beaucoup, s’engager bénévolement est un besoin élémentaire», explique avec conviction la conseillère psychologique, dont le cabinet se trouve à Saint-Gall. Dans le jargon, on parle d’efficacité personnelle. «Je me rends compte que je peux m’investir utilement, que je suis important pour la société. Nous souhaitons tous pouvoir mettre à profit nos compétences.» Selon différentes études, cette satisfaction aurait même un effet positif sur la tension artérielle (cf. étude). Ceci ne surprend pas Susanne Bürgi: «Si je suis plus calme, plus sûre de moi et pleinement satisfaite, cela se répercute sur la biochimie, et donc sur ma santé psychique et physique à la fois.»

Un remède contre la solitude

Et Susanne Bürgi d’ajouter qu’un autre aspect important du bénévolat est celui des contacts sociaux qu’il favorise. «La solitude rend malade à la longue». Pour les personnes ayant atteint l’âge de la retraite, le bénévolat est un bon moyen d’échanger régulièrement avec d’autres gens. Pour les personnes actives, c’est l’occasion idéale de trouver un équilibre bienvenu avec le monde du travail. «Celui qui passe ses journées devant un écran au travail sera certainement heureux de pouvoir faire la lecture à quelqu’un d’autre ou de donner un coup de main dans un jardin», estime Susanne Bürgi.

Tout est possible, rien n’est obligatoire

«Quoi qu’il en soit, l’important est de choisir un engagement qui nous corresponde. Fort heureusement, l’offre est vaste dans ce domaine». Nouveau aussi chez Engagement Migros. «À la grande différence des tâches rémunérés ou de celles liées aux soins, souvent ressenties comme pesantes par de nombreuses personnes, dans le cas d’un engagement bénévole, j’ai le choix», explique Susanne Bürgi. «Je décide moi-même de la fréquence ou de la durée de mon engagement.» En outre, le bénévolat ouvre souvent la voie à de nouvelles perspectives, ainsi qu’à d’intéressantes formations continues. «C’est enrichissant et ça permet d’avoir la tête sur les épaules.»

(Voir suite ci-dessous...)

Étude: Les effets positifs sur la santé

Selon la Harvard Medical School, les personnes qui consacrent du temps aux autres se sentent mieux intégrées socialement et se prémunissent contre la solitude et la dépression. Mais le bénévolat ne profite pas seulement au psychisme. Il est aussi bénéfique pour le corps: en effet, il aurait des effets contre l’hypertension et prolongerait la vie. C’est ce que supposent des chercheurs et chercheuses de l’Université Carnegie Mellon. Ils ont comparé des personnes de plus de 50 ans qui faisaient régulièrement du bénévolat et des personnes qui n’en faisaient pas. Les bénévoles souffraient moins souvent d’hypertension – un facteur important pour la santé. En effet, l’hypertension peut entraîner des maladies cardiaques, des attaques cérébrales et des décès prématurés.

Les chercheurs et chercheuses ne peuvent toutefois pas dire avec certitude que la tension artérielle moins élevée a un lien direct avec le bénévolat. Les personnes qui habituellement ne font pas beaucoup d’exercice sont plus actives physiquement lorsqu’elles font du bénévolat, suppose Rodlescia Sneed, l’auteure de l’étude. Il est possible que cela réduise également le stress. Un aspect important, étant donné que le stress est responsable de divers problèmes de santé. Mais il se pourrait aussi que les bénévoles se nourrissent plus sainement de manière générale et fassent plus d’exercice.

Combien d’heures de bénévolat pour un effet positif?

L’étude constate que 200 heures de bénévolat par an sont corrélées à une tension artérielle plus basse. D’autres chercheurs et chercheuses ont mis en avant que 100 heures suffisent pour qu’il y ait un effet positif. Il est important de garder à l’esprit qu’apparemment, les personnes qui font du bénévolat dans le seul but de se sentir mieux n’en tirent pas profit. Seules les personnes qui donnent de leur temps pour des motifs altruistes pourraient être récompensées par une vie plus longue.

Sources:

En lien avec le sujet

de Marlies Seifert,

publié le 06.09.2023


Cela pourrait également vous intéresser:

Gagner des départs gratuits à des courses populaires

Participez maintenant
Volksläufe Gratisstart