Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Fermer

Vivre plus sainement?

Vivre plus sainement?

Quels vaccins sont nécessaires avant de partir

Environ trois mois avant un voyage lointain, ou au moins quatre semaines avant, il faut se renseigner sur ce qui est médicalement nécessaire. Enregistrer une photo de votre carnet de vaccination sur votre téléphone peut s’avérer utile.

Avant un voyage à l’étranger, mieux vaut faire vérifier votre carnet de vaccinations chez le ou la médecin de famille, ou l’organisme qui effectue les vaccins. Vous vous assurerez ainsi que vos vaccins sont toujours valables.

1. Les vaccins de base

Les vaccins de base et les vaccins complémentaires recommandés en Suisse selon le plan de vaccination sont également importants en voyage. En effet, les maladies contre lesquelles ils protègent sont présentes dans le monde entier.

L’urgence la plus fréquente à l’étranger est un accident: une chute, une plaie souillée - dans de tels cas, vous serez rassuré-e de savoir que votre vaccin antitétanique contre le tétanos est à jour. Normalement, les rappels de vaccin antitétanique sont recommandés tous les dix ans (pour les moins de 25 ans et les seniors) ou tous les vingt ans (pour les 25-64 ans). En cas de blessure présentant un risque élevé de tétanos, il est conseillé d’effectuer un rappel cinq ou dix ans après la dernière vaccination antitétanique.

Les vaccins contre la diphtérie, la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle font également partie des vaccins de base. Ces vaccins ne concernent pas uniquement la protection personnelle, mais également la protection extérieure. Il y a toujours des cas où des touristes non vacciné-es introduisent le virus de la rougeole et sont responsables d’une épidémie locale.

(Voir suite ci-dessous...)

2. Les vaccins de voyage

Situation actuelle

Informez-vous à temps sur les éventuelles épidémies dans le pays de destination et sur les vaccins nécessaires pour y entrer. Les centres de conseil en médecine des voyages offrent une bonne aide.

Important: si vous voyagez hors d’Europe, rendez-vous chez un ou une médecin trois mois avant de partir pour vous assurer de pouvoir réaliser tous les vaccins et check-up nécessaires. Actuellement, il y a toujours des problèmes d’approvisionnement en vaccins. Prévoyez donc suffisamment de temps, d’autant plus que certains vaccins doivent être répétés.

Il faut compter au minimum dix jours pour que la protection vaccinale complète soit établie. Si plusieurs doses de vaccin sont nécessaires, ce délai peut être prolongé de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois. Enregistrer une photo de votre carnet de vaccination sur votre téléphone peut s’avérer utile.

Vous trouverez ici des informations actualisées sur les vaccinations, etc:

Hépatite A

L’hépatite A est une maladie virale qui se transmet par des aliments ou de l’eau contaminés, ainsi que lors de rapports sexuels. La vaccination est recommandée pour les voyages dans les pays tropicaux ou subtropicaux. Une dose de vaccin protège pendant environ un an. Deux doses de vaccin administrées à un intervalle minimum de six mois offrent une protection à vie.

Hépatite B

Le virus de l’hépatite B peut être contracté lors de rapports sexuels ou d’un contact avec du sang infecté - par exemple lors d’un tatouage, si l’hygiène n’est pas respectée. La vaccination est particulièrement recommandée aux résident-es de longue durée qui voyagent dans des régions tropicales ou subtropicales. Trois vaccins sont nécessaires pour une protection complète.

Fièvre typhoïde

C’est surtout en Inde et dans les pays voisins que la fièvre typhoïde- une maladie grave due à certaines bactéries de la famille des salmonelles - est répandue. La typhoïde se transmet par des aliments ou de l’eau contaminés et commence par de la fièvre, de forts maux de tête et de la somnolence. Cette maladie est traitée par antibiotiques, mais les infections par des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques se multiplient.

Il est important de faire très attention aux fruits et légumes frais, à l’eau, à la crème glacée et aux glaçons, car même la vaccination n’offre pas une protection à 100%.

En Suisse, un vaccin oral (trois doses) contre la fièvre typhoïde est autorisé. Pour les personnes qui ne peuvent pas prendre de vaccins vivants, la plupart des médecins spécialisé-es en médecine tropicale et des voyages et tous les centres de médecine des voyages proposent un vaccin injectable, non autorisé en Suisse.

Fièvre jaune

Les moustiques transmettent le virus de la fièvre jaune. Il est répandu en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud et au Panama et provoque une maladie semblable à la grippe, qui est mortelle chez une partie des personnes atteintes. Les analgésiques courants comme l’acide acétylsalicylique, connu par exemple sous le nom de marque Aspirine, ne doivent pas être utilisés en cas de fièvre jaune, car ils peuvent provoquer de graves hémorragies.

Dans certains pays, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire. Mais il est également recommandé dans toutes les autres zones d’endémie. Après une vaccination de rappel dix ans après la première dose, on est immunisé à vie contre la fièvre jaune. Comme il s’agit d’un vaccin vivant, il ne doit être administré aux patient-es immunodéprimé-es, aux femmes enceintes et aux personnes âgées qu’avec prudence, par des médecins compétent-es.

Rage

Cette maladie virale est présente presque partout dans le monde. Elle est transmise lorsque la salive d’un mammifère infecté pénètre dans une plaie, par exemple lors d’une morsure de chien, de singe ou de chat. C’est pourquoi en voyage, il ne faut pas caresser les animaux appartenant à d’autres personnes ni toucher les animaux morts. Les blessures par griffure ou morsure doivent être immédiatement lavées à l’eau et au savon pendant 10 à 15 minutes, puis désinfectées soigneusement.

Une fois déclarée, la rage est mortelle. Dans la plupart des cas, l’épidémie peut toutefois être évitée par une vaccination correcte avant et/ou après le contact avec un animal enragé.

Les spécialistes de la médecine des voyages recommandent aux personnes particulièrement vulnérables de se faire vacciner deux fois contre la rage avant de partir. Il s’agit notamment des résident-es de longue durée, des enfants, des conducteurs et conductrices de deux-roues ainsi que des personnes souhaitant faire de la randonnée dans des régions éloignées.

Après la morsure d’un animal enragé, les personnes préalablement vaccinées contre la rage doivent recevoir deux vaccins supplémentaires. Les personnes non vaccinées ont besoin de quatre doses de vaccin, auxquelles s’ajoutent des injections d’anticorps contre la rage. Pour ces dernières, le début de la vaccination devrait avoir lieu dans les 24 heures. Comme ces vaccins ne sont pas disponibles partout dans le monde, cela peut être une source de stress importante.

Méningite à méningocoques

La plupart des épidémies de méningite à méningocoques se produisent dans la région dite «ceinture de la méningite», au sud du Sahara, mais elle est présente dans le monde entier, y compris en Suisse. La bactérie de la méningite se transmet d’une personne à l’autre par des gouttelettes, par exemple dans des logements exigus ou lors de grands rassemblements de personnes. Une dose de vaccin protège pendant au moins cinq ans contre la plupart de ces infections.

Encéphalite japonaise

Cette maladie virale est transmise par les moustiques, principalement le soir et la nuit. L’encéphalite japonaise est présente en Asie du Sud et du Sud-Est et en Australie. La plupart des infections sont bénignes, mais des infections cérébrales graves rares peuvent se produire. Le risque d’infection étant normalement très faible pour les personnes qui voyagent, la vaccination n’est recommandée qu’aux résident-es de longue durée et aux touristes séjournant dans des zones rurales, notamment à proximité de rizières ou d’élevages de porcs.

3. Autres risques pour la santé en voyage

«En voyage, de nombreuses personnes ne prennent pas assez au sérieux le risque de paludisme et de dengue», constate régulièrement l’infectiologue Esther Künzli. Elle est co-directrice de la Medical Services Unit au Swiss TPH, l’Institut Tropical Suisse à Bâle. «Même si l’on ne prévoit par exemple que deux semaines de vacances balnéaires en Tanzanie, il est recommandé de prendre une prophylaxie contre le paludisme». La protection contre les moustiques est tout aussi essentielle. En cas de fièvre supérieure à 37,5 °Celsius, il faut immédiatement consulter un ou une médecin, même plusieurs mois après un voyage dans une région où sévit la malaria.

En voyage, de nombreuses personnes ont des rapports sexuels plus nombreux et plus insouciants que lorsqu’elles sont chez elles. Contre les chlamydias, le VIH, la syphilis ou d’autres MST, il est important d’emporter des préservatifs.

«C’est également parce que les soins médicaux dans les pays où l’on voyage sont souvent différents des nôtres, que la prévention est importante. En cas de maladie dans le pays de destination, il faut avoir confiance dans le système de santé local et s’arranger avec les conditions locales», explique Esther Künzli. De nombreux voyageurs et voyageuses suisses n’en sont pas suffisamment conscient-es. Pour éviter de tomber malade, le plus important est de recourir au maximum de prévention, d’autant plus si l’on a des antécédents médicaux graves ou des inquiétudes.

En lien avec le sujet

Vers le dossier

de Dr med. Martina Frei,

publié le 21.06.2023


Cela pourrait également vous intéresser:

Coaching santé individuel: maintenant dès 99.– CHF

Vers l’offre
saluta-ros-kw5