Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Que faire en cas de covid long?

De nombreuses personnes continuent à souffrir de symptômes longtemps après avoir contracté le Covid. Voici ce qui aide les personnes touchées par le covid long et ce qu'elles doivent éviter.

Le covid long est-il fréquent et quels en sont les symptômes?

Environ dix personnes sur 100 ressentent encore des symptômes plus de quatre semaines après l'infection par le coronavirus. Les scientifiques ne savent pas encore exactement combien de personnes souffrent de «covid long» ou de «syndrome post-covid»: les estimations vont de deux à 53 personnes adultes sur 100, y compris les cas légers et graves.

Les symptômes les plus fréquents sont la fatigue et la faible résistance à l'effort physique ou mental, les troubles de la pensée et de la concentration, l'essoufflement à l'effort et les troubles de l'odorat et du goût. Plus de 50 symptômes ont été décrits jusqu'à présent par les personnes affectées, dont par exemple la perte de cheveux, des maux de tête, des douleurs musculaires ou articulaires ainsi que des diarrhées. Le tableau clinique n'est pas uniforme et il existe probablement différentes formes de covid long.

Y a-t-il des facteurs de risque? Comment prévenir le covid long?

Covid long et les enfants

Chez les enfants, les données sont encore plus incertaines que chez les adultes. Il n'existe que quelques études à petite échelle. Certains spécialistes doutent que les enfants puissent être atteints de long covid. Ils soupçonnent plutôt les confinements et les circonstances liées à la pandémie d'être à l'origine des troubles chez les enfants. D'autres spécialistes estiment que la fréquence de covid long chez les enfants non hospitalisés se situe entre 2 et 2,9%.

La probabilité de développer un covid long est plus élevée chez les femmes que chez les hommes, le rapport étant de près de 2 pour 1. La tranche d'âge la plus touchée est celle des 20-29 ans. Les personnes souffrant de maladies préexistantes, d'obésité, celles qui ont été gravement atteintes par le covid et qui ont eu besoin de soins intensifs, et celles qui ont un stress important dans leur vie sont plus susceptibles d'être touchées par le covid long.

Jusqu'à présent, on n'a trouvé qu'un seul facteur pouvant agir de manière préventive contre le covid long: être physiquement actif.

(Voir suite ci-dessous...)

Thèmes correspondants

Quelle est l'évolution du covid long?

Souvent, les troubles évoluent par vagues et, chez une partie des personnes, ils augmentent après de petits efforts. Les spécialistes parlent alors de «malaise post-exercice», les personnes concernées de «crash». Ensuite, les symptômes s'aggravent fortement pendant une période plus ou moins longue.

Des personnes qui n'avaient aucun symptôme ou seulement des symptômes légers pendant l'infection par le coronavirus font également état de covid long. Plus l'infection remonte dans le temps, plus le nombre de personnes touchées diminue: sur 100 personnes atteintes de covid long, moins de sept présentent encore des symptômes après un an.

«Il est réjouissant de constater que la grande majorité des troubles, même s'ils persistent quelques semaines, s'améliorent d'eux-mêmes et qu'il suffit d’être suivi attentivement par un médecin généraliste», peut-on lire dans les «Directives allemandes ‹Syndrome post-covid / du covid long› (Leitlinie ‹Long-/Post-COVID-Syndrom›) à l'intention des personnes concernées, de leur famille, de leurs proches et des soignants», élaborées par 17 sociétés médicales avec la participation de personnes touchées et de groupes d'entraide.

La sensation d'épuisement, par exemple, s'améliore souvent ou disparaît complètement en l'espace de trois mois. Les troubles de l'odorat et du goût ont largement régressé après un à deux mois chez neuf personnes concernées sur dix.

Quelles sont les causes possibles du covid long?

Jusqu'à présent, on ne sait pas avec certitude si l'infection par le Sars-CoV-2 est à l'origine de tous les troubles. Il existe plusieurs hypothèses concernant les causes de covid long:

  • Aggravation de maladies préexistantes
  • Manque d'entraînement dû à un alitement prolongé ou à l'inactivité
  • Infection prolongée par le virus du Sars-CoV-2 ou inflammation persistante d'organes
  • Défense immunitaire trop faible ou au contraire excessive.
  • Conséquences du traitement du covid ou éventuelles complications de l'infection.
  • Conséquences d'expériences vécues en rapport avec l'infection ou la pandémie

Comment le covid long est-il diagnostiqué?

Il n'existe pas encore de test de laboratoire permettant de diagnostiquer le covid long. Même si certains anticorps (auto-anticorps antiphospholipides) sont détectés dans le sang de certaines personnes atteintes, cela ne prouve pas la présence de covid long. Inversement, des valeurs sanguines normales ne prouvent pas qu'une personne n'est pas atteinte de covid long.

(Voir suite ci-dessous...)

Que peut-on faire en cas de covid long?

  • Adopter une bonne hygiène de sommeil. Nos conseils à ce sujet. En cas de troubles du sommeil, tenir un journal du sommeil pendant deux semaines.
  • Veiller à un rythme quotidien régulier.
  • Il est important de savoir doser sa propre énergie. Pour mieux connaître les limites de son propre corps et éviter un «crash», un journal d'activité (également disponible sous forme d'application, par exemple auprès de l’«Altea Long Covid Network») et un bracelet de fitness (mesure du pouls) peuvent aider.
  • Dans la mesure du possible, pratiquer une activité physique régulière, sans se surmener. Commencer par se promener, augmenter la durée et la vitesse peu à peu. Renoncer à tout exercice physique en cas de fièvre, de maux de gorge, de toux ainsi que durant une période d’isolement. Si les symptômes s'aggravent, prolonger les périodes de repos et consulter éventuellement un médecin.
  • Mieux vaut une activité courte mais plus régulière, en alternance avec des exercices de relaxation, plutôt qu'un long entraînement d'endurance.
  • Poursuivre les activités quotidiennes dans la mesure du possible. Commencer par des activités légères, augmenter progressivement.
  • Reprendre progressivement le travail.
  • Apprendre à respecter ses propres limtes. Se fixer des objectifs réalistes, ne pas se fixer des objectifs trop ambitieux. Des informations sur les limites de l’organisme après un covid long sont disponibles ici.
  • En cas de troubles de l'odorat, mangez des aliments à température ambiante ou froids. Si le trouble olfactif persiste au-delà de trois mois, il convient de faire appel à un médecin ORL. Dans ce cas, un entraînement olfactif avec de l'eucalyptus, du café, des clous de girofle et de la rose peut aider. Sentir chaque parfum pendant 30 secondes le matin et le soir.
  • Faire régulièrement des exercices de relaxation. Des exemples et des instructions sont disponibles ici.
  • Faire des exercices de respiration: pendant cinq à dix minutes, inspirer lentement par le nez et expirer par la bouche Et bien vieller à «respirer avec le ventre» (gonfler le ventre en inspirant) Relaxer les épaules et le thorax
  • Éviter de trop s’écouter
  • Boire suffisamment de liquide, mais limiter l'alcool et les boissons contenant de la caféine.
  • En cas d'envie constante de se racler la gorge, mâcher du chewing-gum ou boire des tisanes de feuilles de mauve ou de mousse d'Islande peut aider.
  • En cas de toux fréquente, souffler l'air expiré à travers des lèvres légèrement fermées («frein labial») ou dans un poing légèrement fermé tenu devant la bouche. Les médicaments peuvent également être utiles en cas de toux prolongée.
  • Arrêter de fumer, car le tabac réduit la fonction pulmonaire.
  • Sortir régulièrement à l'air libre.
  • Se joindre à un groupe d'entraide, par exemple «Long Covid Suisse».
  • Le premier point de contact est le médecin de famille. Il peut, si nécessaire, demander à ce que le patient soit orienté vers un centre Long Covid ou vers des médecins spécialistes. Tant qu'il n'y a pas de signes d'alerte et que les symptômes ne s'aggravent pas, il est judicieux de rester sous la surveillance d'un médecin généraliste et d'attendre.
  • Selon les troubles, différentes thérapies peuvent apporter un soutien: thérapie respiratoire, physiothérapie, ergothérapie, neuropsychologie, entraînement cérébral, psychothérapie, orthophonie.
  • Il est important de se protéger contre les méthodes peu sérieuses. Les huit critères qui permettent de reconnaître les thérapeutes sérieux sont disponibles ici.
  • Si une maladie auto-immune est diagnostiquée, des médicaments ou une aphérèse (lavage du sang) peuvent aider.
  • Si les mesures ambulatoires ne suffisent pas, un séjour stationnaire dans une clinique de rééducation peut s'avérer judicieux. 

Covid long: quand consulter un médecin?

  • En cas d'inquiétude sur l'état de santé. Peu importe que l'on ait déjà été testé positif au coronavirus ou non.
  • Immédiatement en cas de difficultés respiratoires ou de douleurs dans la cage thoracique.
  • En cas de mauvais état général, de confusion ou de risque de chute.
  • En cas d'apparition de symptômes inhabituels
  • Si l'effort physique aggrave les symptômes
  • En cas de troubles persistants, par exemple troubles du sommeil.
  • En cas de prise ou de perte de poids importante.
  • Si les troubles s’aggravent.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 13.06.2022


Cela pourrait également vous intéresser:

L’automne est de retour: recettes, conseils et des idées

À découvrir
herbst-sticky