Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Fermer

Vivre plus sainement?

Vivre plus sainement?

Ce qu’il faut savoir sur les comprimés d’iode

Inquiètes face à une menace nucléaire, de nombreuses personnes envisagent de se procurer des comprimés d'iode. Nous vous expliquons comment ces comprimés agissent, quand ils doivent être pris et quels sont les autres avantages.

Les informations en provenance d'Ukraine faisant état de combats ou d'explosions à proximité de centrales nucléaires ne cessent d'affluer. L'ancienne centrale de Tchernobyl, où s'est produit un accident lourd de conséquences en 1986, serait actuellement coupée du réseau électrique et alimentée par des générateurs diesel.

Par crainte d'un accident nucléaire ou de l'utilisation d'armes nucléaires, de nombreuses personnes en Suisse ont réfléchi la semaine dernière à l'opportunité de se procurer des comprimés d'iode.

Comment agissent les comprimés d'iode

Les comprimés d'iode ne doivent être pris qu'en cas d’urgence. En effet, ils ont des effets indésirables: l'iode à haute dose freine pendant environ sept à 14 jours l'absorption d'iode et donc la production des hormones thyroïdiennes vitales. Il ne faut donc les prendre que si la Centrale nationale d'alarme le demande. La distribution est assurée par les cantons.

«Les besoins quotidiens en iode de la thyroïde sont de l'ordre du microgramme. Les comprimés d'iode que la population doit prendre en cas d'urgence nucléaire contiennent 50 milligrammes d'iode chacun, soit plus de mille fois plus que ce dont la thyroïde a besoin», explique Beat Müller, directeur de la clinique médicale universitaire de l'hôpital cantonal d'Aarau.  

En cas d'accident nucléaire, cet iode à haute dose doit «saturer» la glande thyroïde en iode de manière à ce qu'elle n'absorbe si possible pas d'iode radioactif (iode 131). Celui-ci est libéré en cas d'accident nucléaire et peut atteindre des régions très éloignées par voie aérienne si le vent souffle de manière défavorable. 

Ce que le «blocage de l'iode» doit empêcher

Hormones thyroïdiennes et iode

À la naissance, la glande thyroïde pèse un gramme. Chez les adultes en bonne santé, elle pèse dix à vingt grammes. Aussi petite soit-elle, cette glande est importante pour le développement de l'enfant et pour sa vie future. 

Les hormones thyroïdiennes - appelées T3 (forme active) et T4 (forme de stockage) - ont une influence positive sur la croissance et le développement intellectuel et jouent un rôle dans pratiquement tous les processus vitaux: des battements cardiaques à la capacité de reproduction, elles sont essentielles pour une multitude de processus dans le corps. Les hormones thyroïdiennes sont vitales - à tout âge. 

Pour pouvoir les fabriquer, la glande thyroïde a besoin d'un oligo-élément, l'iode. Normalement, cet iode provient de l'alimentation. Le poisson, les algues, le sel de cuisine iodé et le lait en contiennent beaucoup. La glande thyroïde «absorbe» l'iode du sang comme une éponge sèche absorbe l'eau - surtout chez les personnes qui vivent dans des régions déficitaires en iode et qui souffrent d'une carence chronique en iode. Mais ce n'est pratiquement plus le cas en Suisse grâce à l'ajout d'iode dans le sel de cuisine. C'est pourquoi le nombre de personnes atteintes de goitre a également diminué.

Comme l'ont montré de précédents accidents nucléaires, l'iode radioactif provoque des cancers de la thyroïde, surtout chez les jeunes, sur une période pouvant aller jusqu'à vingt ans. En Biélorussie, par exemple, la première chose qui a attiré l'attention après l'accident de Tchernobyl est l'augmentation inhabituelle du nombre de cancers de la thyroïde chez les enfants. Chez les adultes, le nombre de cas a été multiplié par cinq environ. Beat Müller fait remarquer que la recherche plus ciblée de cette maladie a probablement aussi contribué à l'augmentation des cas.

«Le risque pour cela est de l'ordre du pourcentage. En prenant les comprimés d'iode, on peut probablement le ramener au niveau du pour mille», explique Beat Müller. 

Plus une personne est jeune au moment de l'exposition à l'iode radioactif, plus son risque ultérieur de développer cette maladie est élevé. Il est toutefois impossible de le déterminer avec précision, car la dose de rayonnement joue un rôle, tout comme le (jeune) âge, le sexe et d'autres facteurs.

Selon l'association  «Médecins pour une responsabilité sociale/pour la prévention de la guerre nucléaire» (PSR/IPPNW), le fait que le «blocage de l'iode» réduise le risque de cancer de la thyroïde a été démontré après l'accident de Tchernobyl.

A plus de 500 kilomètres de là, le nombre de cas de cancer de la thyroïde était encore sensiblement plus élevé. L'iode 131 radioactif qui a été libéré à l'époque en est probablement la cause. Cet iode a une demi-vie d'environ huit jours, ce qui signifie qu'au bout de ce laps de temps, la moitié de cet oligo-élément radioactif s'est désintégrée. Après environ 80 jours, presque tout l'iode radioactif a disparu.

C'est surtout l'absorption d'iode radioactif par le biais d'aliments, en premier lieu le lait et les produits laitiers provenant d'animaux de pâturage ayant consommé de l'herbe contaminée, qui pose problème. Il faut éviter de consommer ces produits pendant trois mois.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Qui a particulièrement besoin de comprimés d'iode en cas d'urgence?

Comme les enfants et les adolescents consomment beaucoup de lait et que leurs glandes thyroïdes sont plus sensibles à l'iode radioactif pendant leur croissance, ils sont particulièrement vulnérables en cas d'accident nucléaire. C'est pourquoi les femmes enceintes et allaitantes devraient également prendre les comprimés d'iode en cas d'urgence - mais seulement lorsque les autorités le recommandent et exactement comme elles le conseillent.

Quand et comment prendre les comprimés d'iode?

La pectine, le lait UHT et le lait en poudre peuvent également être utiles

Selon des études, une partie des substances radioactives peut éventuellement être évacuée du corps par l'urine à l'aide de pectine de pomme ou d'algues. Les pectines sont des fibres alimentaires solubles qui sont utilisées par exemple pour faire des confitures. En Biélorussie, après la catastrophe de Tchernobyl, des dizaines de milliers d'enfants ont pris deux fois par jour pendant trois à quatre semaines cinq grammes d'un mélange de pectine de pomme avec de l'eau. Cette «cure» était répétée tous les trois ou quatre mois, les enfants recevant également des aliments qui n'étaient pas contaminés par la radioactivité.

Cela a par exemple permis d'améliorer les flux cardiaques perturbés chez les enfants qui avaient absorbé une quantité particulièrement importante de césium radioactif.

Dans la mesure du possible, après un accident nucléaire, il faut essayer d'être le moins exposé possible à la radioactivité. Cela implique également de consommer autant que possible des aliments non contaminés par la radioactivité. Le lait UHT ou le lait en poudre au lieu du lait frais produit dans la région peut être une alternative temporaire tant que la charge en iode radioactif est élevée.

Les spécialistes s'accordent à déconseiller une prise préventive. Selon l'OMS, la «période de prise optimale» est de moins de 24 heures avant le contact prévu avec l'iode radioactif et jusqu'à deux (à huit) heures après. «Si un accident nucléaire se produisait effectivement en Ukraine, il nous resterait suffisamment de temps en Suisse pour prendre les comprimés», explique Beat Müller, médecin-chef de l’hôpital cantonal d’Aarau. La population serait alors avertie par la radio et le téléphone portable, par exemple via l'application «Alertswiss».

Si les comprimés d'iode sont pris plus de 24 heures après les retombées radioactives, les dommages pourraient être plus importants que les avantages, car l'iode radioactif déjà absorbé pourrait rester dans la thyroïde pendant plus longtemps.

Les comprimés d'iode qui doivent être pris en cas d'urgence contiennent 50 milligrammes d'iode chacun. Les doses recommandées par l'OMS et l'Office fédéral de la protection de la population sont les suivantes: 

  • pour les bébés de moins d'un mois: un quart de comprimé en une seule fois
  • pour les enfants âgés d'un mois à trois ans: un demi-comprimé par jour
  • pour les enfants de trois ans à 12 ans: un comprimé entier par jour
  • pour les enfants à partir de 12 ans et pour les adultes: deux comprimés à la fois par jour
  • pour les femmes enceintes et allaitantes: deux comprimés à la fois pendant deux jours au maximum
  • selon l'OMS, les personnes de plus de 60 ans ne devraient pas prendre les comprimés d'iode de manière répétée en raison du risque d'effets secondaires indésirables.

Les comprimés peuvent être broyés et dissous dans du jus, du lait ou de l'eau avant d'être pris. Les comprimés restent efficaces même après la date de péremption. Ni le potassium ni l'iode qu'ils contiennent ne se désintègrent, estime Beat Müller.

Une analyse de plusieurs échantillons d'un fabricant autrichien a révélé que l'iodure de potassium qu'ils contenaient pouvait se conserver jusqu'à dix ans s'il était stocké correctement (à l'abri de la lumière, au sec et à moins de 25 degrés Celsius). Aucune étude ne porte sur une période plus longue.

(Voir suite ci-dessous...)

Effets indésirables des comprimés d'iode

Parmi les effets indésirables des comprimés d'iode figurent notamment les allergies à l'iode. Les personnes ayant certains antécédents thyroïdiens pourraient présenter des symptômes passagers d'hypothyroïdie ou d'hyperthyroïdie. Très rarement, on observe une inflammation des glandes salivaires. Selon Beat Müller, les comprimés d'iode ne poseraient aucun problème aux patients qui prennent des médicaments pour la thyroïde et des hormones thyroïdiennes. «Le mieux est que les personnes concernées se renseignent auprès de leur médecin pour savoir de quelle maladie thyroïdienne elles souffrent exactement. Et en cas de doute, mieux vaut prendre les comprimés d'iode plutôt qu'attendre». Les personnes souffrant d'allergies connues à l'iode ne devraient prendre les comprimés que dans des conditions contrôlées et après avoir consulté un médecin.

Autres effets des substances radioactives

Il est toutefois illusoire de croire que la seule prise de comprimés d'iode protégerait quelque peu les personnes vivant dans des régions éloignées des conséquences d'un accident nucléaire. Après la catastrophe de Tchernobyl, par exemple, sur environ 1000 cancers dus à la radioactivité, quatre au maximum concernaient la thyroïde.

Les cancers de la vessie, du côlon, du poumon et du rein étaient beaucoup plus fréquents. En effet, les oligo-éléments radioactifs augmentent globalement le taux de cancer, de même que le nombre de maladies cardiovasculaires: l'hypertension, les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux, les troubles du rythme cardiaque ainsi que les morts subites sont plus fréquents après un accident nucléaire.  

«Les leucémies, les malformations, les maladies métaboliques, les problèmes de reproduction et d'autres maladies se multiplient chez les personnes qui ont été exposées aux radiations radioactives», explique le médecin bâlois Claudio Knüsli, membre du comité directeur des «Médecins pour une responsabilité sociale/pour la prévention de la guerre nucléaire».

En Suisse comme ailleurs, on a observé une augmentation soudaine de la mortalité infantile après 1986. «En outre, le rapport entre les naissances de garçons et de filles a changé: chez nous, depuis 1986, environ 3200 filles de moins sont nées que ce à quoi on aurait pu s'attendre sur la base des naissances antérieures», explique Knüsli.

Outre l'iode 131, une catastrophe nucléaire libère par exemple du césium radioactif qui provoque des lésions cardiaques, se répand dans tout le corps et s'accumule dans le pancréas et dans divers autres organes - et ce pendant des décennies. Le strontium radioactif pénètre dans les os et les dents en croissance - et y reste. Ce n'est qu'au bout de onze ans que la moitié d'entre eux se sont désintégrés et ne sont plus radioactifs. A cela s'ajoutent d'autres substances radioactives comme le plutonium et l'américium. 

Toutes ces substances radioactives ont un effet non seulement sur les humains, mais aussi sur les animaux et les plantes. Plusieurs générations peuvent être atteintes - même si, dans certains cas, il ne sera jamais possible de prouver le lien de cause à effet.

«Chez l'homme, on considère jusqu'à présent qu'à partir de 100 millisieverts, on peut parler de dose élevée. Tout ce qui est en dessous est considéré comme une faible dose. Mais cette limite est floue», fait remarquer Claudio Knüsli. «Nous constatons également, dans ce que l'on appelle la 'gamme de faibles doses', plus de cancers, plus d'infarctus du myocarde et une modification du rapport entre les sexes au niveau des naissances». Après un accident nucléaire, les comprimés d'iode empêcheraient tout au plus le cancer de la thyroïde - mais pas toutes les autres conséquences.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 16.03.2022


Cela pourrait également vous intéresser:

Du 16.4 au 22.4: carottes, pommes Golden ou courgettes bio pour 1 franc

À découvrir
Vitaminfranken FR