Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Médecine masculine: 7 points importants pour les hommes

Dans certains domaines de la médecine, les hommes sont négligés. Sept points à retenir pour les hommes, mais aussi pour leurs proches.

Résoudre ses problèmes tout seul, être autonome, supporter la douleur - de nombreux hommes ont encore été éduqués dans cet esprit. «Demander des conseils et de l'aide ne correspond pas à cette image de l'homme. Mais c'est tout à fait normal», explique Frank Luck, professeur de sciences infirmières à l'université catholique de Fribourg-en-Brisgau. Frank Luck se penche depuis des années du thème de la santé masculine, il a également écrit un livre spécialisé sur le sujet et est formateur dans le cadre de la formation continue «Sex and Gender-Specific Medicine». L'image de l'homme dans notre société est actuellement en train de changer, constate-t-il. Voici comment les hommes pourraient en tirer profit pour leur santé:

Dépressions

«Les hommes pleurent en secret...» chantait le chanteur allemand Herbert Grönemeyer, et c'est vrai. La dépression est diagnostiquée deux fois moins souvent chez les hommes que chez les femmes. Le fait que cette maladie se manifeste différemment chez les hommes y contribue notamment: ils gèrent plus souvent leurs soucis avec de l'alcool, semblent agressifs au lieu d'être déprimés ou viennent chez le médecin avec des symptômes (apparemment) physiques, qui sont ensuite examinés de manière approfondie - alors que le véritable problème se situe ailleurs. Les troubles alimentaires sont également moins souvent détectés chez les hommes.

Examens préventifs

Les hommes participent moins aux examens préventifs et consultent moins souvent le médecin avant un âge avancé. Les cancers sont plus fréquents et plus mortels chez eux que chez les femmes. Herbert Grönemeyer en chantait déjà une des raisons: les hommes sont «calibrés pour être des hommes dès l'enfance». Pour beaucoup, l'image de soi implique d'être fort et indépendant et de ne pas montrer de faiblesse. Or, la maladie est souvent perçue comme une faiblesse. De nombreux hommes perçoivent ainsi des signes d'alerte, mais ne consultent pas de spécialiste.

Ostéoporose

Jusqu'à 20% des hommes de plus de 50 ans se fracturent un os au cours de leur vie à cause de l'ostéoporose. Lorsque cela se produit, le pronostic est moins bon que pour une femme, car l'ostéoporose est généralement plus avancée chez l'homme lorsqu’il consulte. Près d'un tiers des fractures de la hanche concernent des hommes - pourtant, l'ostéoporose est considérée comme une maladie typiquement féminine. La tabagisme, par exemple, augmente le risque d'ostéoporose. Une raison de plus d'arrêter.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

vers le Dossier

Parole

À la question «Comment ça va?», les hommes répondent plus souvent «bien» que les femmes. Dans les enquêtes, les hommes rapportent par exemple moins de troubles du sommeil, moins de nervosité, moins de sensation de faiblesse et plus d'énergie que les femmes. Mais les hommes se sentent-ils vraiment mieux? Pas sûr.

«Lorsque le médecin demande à quels défis l’homme est actuellement confronté, celui-ci évoque souvent des choses qui le préoccupent beaucoup», explique Frank Luck. Pour qu'un homme dévoile quelque chose de lui, il faut justement une personne qui pose des questions sans remettre en question sa masculinité. «Les hommes ont toujours parlé d'eux-mêmes», affirme Frank Luck. «Mais ils ont parfois besoin de plus de temps pour exprimer les choses qui les touchent de l’intérieur.» «Cherchez des spécialistes qui sont sensibles au thème du genre dans la communication», conseille Frank Luck.

Alimentation

De l'adolescence à plus de 75 ans, une plus grande proportion d'hommes est en surpoids par rapport aux femmes. En revanche, beaucoup devraient encore faire des efforts en matière d'alimentation saine: dans l'Enquête suisse sur la santé de 2017, seuls 63% des hommes ont déclaré veiller à manger sainement, contre 73% des femmes. Consommer plus de légumes et de fruits et moins de viande permet par exemple de réduire le risque de cancer de l'intestin, le troisième cancer le plus fréquent chez les hommes.

Post-partum

La prise de poids et le baby blues ne concernent pas exclusivement la mère, mais souvent aussi son partenaire. «La naissance d'un enfant est un défi pour les deux parents. Cela peut être un événement critique de la vie», dit Frank Luck. Environ un père sur dix tombe dans un gouffre psychologique après la naissance, estime l'association Dépression postpartale Suisse. Les proches et les amis de la famille ne devraient donc pas seulement s'enquérir de l'état de la mère, mais aussi toujours demander au père comment il va. Les hommes concernés trouveront des informations sur le site Internet postpartale-depression.ch/fr/.

Testostérone

La publicité fait miroiter une virilité accrue aux hommes qui prennent de la testostérone, l’hormone sexuelle. Cependant, environ 95% des troubles de l'érection ne peuvent pas être résolus par la testostérone, car ils ont d'autres causes qu'un manque d'hormones. L'obésité, par exemple, est l'une des raisons pour lesquelles les taux de testostérone sont bas. Une véritable carence en testostérone est rare: une étude a révélé qu’elle ne concernait que deux hommes sur 100 de moins de 80 ans. Ceux qui pensent avoir besoin de testostérone devraient d'abord se faire examiner par un spécialiste sérieux.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 29.03.2022


Cela pourrait également vous intéresser:

Abonnez-vous à la newsletter iMpuls et gagnez des cartes cadeau Migros

Inscrivez-vous
geschenk-icon0