Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

«Les humains ont besoin de contacts physiques et de relations»

Pour beaucoup en Suisse, l'envie d’intimité semble s'être quelque peu perdue. Maintenant la crise du coronavirus quasiment derrière nous, il est important de retrouver un niveau sain de contacts physiques, explique une spécialiste.

Les Suisses ont moins de deux rapports sexuels par mois. C’est ce qui ressort d'une grande enquête représentative réalisée par Migros. Cela vous surprend-il?

Linda Andreska: Pas vraiment. D'autres études ont certes abouti à des chiffres plus élevés (environ un à deux rapports sexuels par semaine), mais ces données doivent toujours être considérées avec précaution. D'une part, on ne sait pas ce que les personnes interrogées entendent exactement par sexe: la masturbation en fait-elle partie? Et d'autre part, il s'agit d’un sujet intime. Selon la manière dont l'enquête est conçue, les gens peuvent se sentir sous pression. Dans une société sexualisée, beaucoup n'aiment justement pas admettre qu'ils vivent dans une chasteté totale.

Par sexe, vous dites que tout le monde n'entend pas la même chose. Qu'est-ce que c'est pour vous?

Dès que l'excitation sexuelle est en jeu, il s'agit de sexe.

Le mariage et les enfants sont généralement considérés comme tue l’amour, mais les couples avec enfants mineurs s'avèrent être le groupe le plus actif sexuellement. Cela vous paraît-il compréhensible?

Tout à fait. Ne pas avoir à chercher d'abord un ou une partenaire rend les choses beaucoup plus simple. Certes, après la naissance d'un enfant, la libido des femmes disparaît souvent dans un premier temps. Mais la plupart d'entre elles parviennent ensuite à renouer avec leur corps et à reformer un couple sexuel avec leur partenaire.

Selon l'étude, les personnes en fort surpoids sont également plus actives sexuellement que la moyenne. Cela aussi est-il surprenant?

Pas forcément. Il s'agit peut-être de personnes particulièrement enclines au plaisir, qui ne jugent pas constamment leur corps et celui de leur partenaire. Il est tout de même réjouissant de constater que les personnes jeunes, minces et belles ne sont pas les seules à trouver des partenaires.

Une vie sexuelle épanouie et un contact physique régulier sont bons pour nous. Est-ce grave de ne pas en avoir ou d'en avoir peu?

Non. Lors d'un contact, le corps sécrète de l'ocytocine, l'hormone de l'attachement. C'est agréable et aussi bénéfique pour la santé, mais pas essentiel. Chez de nombreuses personnes qui vivent une abstinence sexuelle souhaitée ou involontaire, le désir s’estompe avec le temps et elles en sont heureuses.

Parce que le sujet serait alors clos à jamais?

Non, et heureusement. Si l'on rencontre à nouveau quelqu'un et que l'on tombe amoureux, il est possible, même après une longue pause, de ressentir à nouveau désir et plaisir.

Quelles sont les questions auxquelles vous êtes le plus souvent confrontée lors de vos consultations?

Clairement, le manque de désir au sein des couples. Alors qu'il s'agissait auparavant d'un problème essentiellement féminin, de plus en plus d'hommes font aujourd'hui état d'un manque de désir. Les personnes concernées ont peur que cela mette leur relation en danger.

D'où vient l'absence de désir?

Difficile à dire. Je suppose qu'une certaine saturation est en jeu. Avec des portails comme Tinder, le sexe est devenu beaucoup plus accessible aujourd'hui. Si autrefois, une cheville nue était déjà perçue comme excitante, le seuil de ce que l’on considère comme tabou est aujourd'hui beaucoup plus élevé. Si l'on recherche toujours de nouveaux stimuli excitants, cela peut faire perdre l’intérêt avec le temps. C'est pourquoi je recommande de se concentrer davantage sur son propre corps.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Que conseillez-vous aux couples en cas de manque de désir?

Une solution peut être de se détendre et de renouer avec le corps de l'autre - sans pression que cela se transforme immédiatement en rapport sexuel complet. La personne qui a perdu le désir doit réapprendre à sentir les contacts qu'elle pourrait apprécier.

De nombreux célibataires ont le problème inverse: ils manquent de contact physique. Les hommes - même mariés - se tournent alors souvent vers le sexe vénal. Qu’en dit l’experte?

Je ne veux pas porter de jugement. Cependant, nombreux sont ceux qui ne sont guère satisfaits de cette évacuation rapide et insensible des pulsions. Les massages tantriques sont une possibilité qui convient également aux femmes. Ils se déroulent dans une atmosphère agréable et affectueuse et peuvent inclure des discussions. On peut se faire toucher sur tout le corps, et même sur les parties intimes si on le souhaite. Bien sûr, cela a un prix - généralement autour de 150 francs pour une heure.

Aujourd'hui, le porno et le sexe en ligne sont également omniprésents. Peuvent-ils servir de substitut?

Pour les personnes qui n'ont pas d'autres possibilités de rencontres sexuelles, il peut être utile de s’en servir pour ressentir régulièrement de l'excitation. Cela permet de constater que tout fonctionne encore. Certains couples s'inspirent de films. D'autre part, les corps et les parties sexuelles représentés éveillent souvent des idées irréalistes. Les jeunes, en particulier, risquent de comparer leurs futurs partenaires sexuels à ces exemples.

Aujourd'hui, les sextoys ne sont plus seulement disponibles dans les magasins érotiques douteux, mais presque partout. Que pensez-vous de la levée du tabou à leur égard?

Ce qui est positif, c'est que de nombreuses femmes atteignent désormais l'orgasme avec des vibromasseurs, alors qu'elles n'en faisaient jamais l'expérience auparavant. Mais si ces appareils sont préférés au partenaire parce que c'est plus rapide et plus simple, cela devient problématique.

Selon l'étude, ce sont les personnes de plus de 65 ans qui ont le moins de contacts sexuels et d'étreintes, mais aussi celles qui vivent dans des ménages individuels. Que leur conseillez-vous?

Il existe des groupes de câlins dirigés, dans lesquels les participants se rapprochent physiquement. Mais ce n'est certainement pas pour tout le monde. On peut aussi se toucher soi-même affectueusement, par exemple en se douchant ou en s'appliquant de la crème. Ou bien s'offrir un massage plaisir de tout le corps ou un massage de pieds. Beaucoup satisfont en outre leurs besoins de contact avec des animaux domestiques: caresser un chien ou faire des câlins à un chat est pour eux un bon substitut au contact humain.

La crise du coronavirus nous a tous distancés. Les poignées de main et les bises sont toujours mal vus. Que faire?

Il nous faut retrouver un niveau sain de contacts physiques. Il ne doit pas forcément s’agir d’une poignée de main ou d’une bise. Une brève étreinte, comme c'est le cas depuis longtemps aux États-Unis par exemple (hugging), peut être tout aussi intime. Les êtres humains ne sont pas faits pour vivre seuls. La plupart d'entre eux ont besoin de contacts physiques et de relations.

de Andrea Söldi,

publié le 11.05.2022


Cela pourrait également vous intéresser:

Abonnez-vous à la newsletter iMpuls et gagnez des cartes cadeau Migros

Inscrivez-vous
geschenk-icon0