Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Mal des transports: pourquoi suis-je malade en voiture?

Lorsque l'on est malade en voiture ou en bateau, on parle de mal des transports ou de mal de mer. Ce qui déclenche les nausées et conseils pour les combattre.

Organe de l'équilibre au cerveau: attention - vagues. Yeux au cerveau: tout est calme - aucun mouvement en vue. Cette situation se produit par exemple lorsque nous sommes assis et lisons un livre alors que le bateau, le bus ou la voiture se déplace. Le mal des transports, également appelé cinétose, peut alors survenir. Le mal de mer est également une forme de mal des transports.

Comment survient le mal des transports?

«Le mal des transports est une réaction de l'organisme à des stimuli de mouvement inhabituels lors de changements rapides de l'équilibre», explique Nelly Richina, pharmacienne spécialisée FPH et directrice de la
Berg-Apotheke by Medbase. Notre organe de l'équilibre, situé dans l'oreille interne, enregistre les mouvements, les accélérations, les turbulences, les virages et les pentes, mais si ceux-ci ne coïncident pas avec la perception sensorielle optique. Des stimuli contradictoires arrivent alors au cerveau, qui ne peut pas traiter ces impressions incohérentes de manière concluante et lance un programme d'alarme. Parmi les symptômes typiques figurent les vertiges, la pâleur, la transpiration, la fatigue et l'activation du centre du vomissement.

Pourquoi les lunettes de réalité virtuelle me donnent-elles la nausée?

La cinétose peut d’ailleurs aussi se manifester sous forme de mal de ski, qui survient sur les pistes par mauvaise visibilité, quand on ne distingue pas la neige du ciel blanc. Tout comme avec des lunettes de réalité virtuelle, où le problème est inversé: les yeux voient les mouvements, alors qu'en position assise, les capteurs d'équilibre et l'appareil locomoteur signalent l'immobilité.

Qui est concerné par le mal des transports?

Les enfants de deux à douze ans environ sont les plus touchés par le mal des transports, car leur organe de l'équilibre n'est pas encore totalement développé. Les femmes sont également plus nombreuses que les hommes à en souffrir en raison d'influences hormonales. Des maladies telles que les migraines, les vertiges et des influences psychiques telles que les peurs (p. ex. la peur de l'avion) peuvent également jouer un rôle. Les symptômes arrivent et repartent souvent par vagues, mais on s'en remet en général rapidement. «Il est intéressant de noter qu'en cas d'exposition constante, une accoutumance se produit - généralement après environ trois jours», explique Nelly Richina.

Que faire contre le mal des transports?

Ne serait-il pas judicieux de fermer les yeux pendant le voyage afin d'éliminer le stimulus visuel? Fermer les yeux et respirer de manière régulière et contrôlée peut en effet apporter un éventuel soulagement. La pharmacienne de la Berg-Apotheke by Medbase à Zurich recommande même, en cas de mal des transports connu, de voyager la nuit et de dormir, car cela permet aussi au sens de l'équilibre de faire une pause. Autres conseils:

  • Regarder dans le sens de la marche, au loin vers un point fixe ou fixer l'horizon. Cela permet au cerveau d’identifier la cause du mouvement passif. Regarder en bas pour lire ou regarder l'écran est plutôt contre-productif.
  • S'asseoir au milieu, car c'est là que le mouvement est le moins perceptible. C’est-à-dire: en avion, choisir un siège au-dessus des ailes près des fenêtres et, en bateau, une place ou une cabine dans la partie centrale - soit juste au-dessus du niveau de l'eau, soit sur le pont. Dans le bus, il convient d’opter pour une place à l'avant. En voiture aussi, il est préférable de s'asseoir sur le siège du passager ou de conduire soi-même.
  • Dans le train, s’asseoir dans le sens de la marche.
  • Parfois, un peu de distraction suffit. Avec des enfants dans la voiture, on peut par exemple attirer leur attention sur des jeux audio et de la musique, faire des jeux de devinettes, chanter ou raconter une histoire. D'ailleurs, pourquoi n'est-on pratiquement jamais malade au volant? – Parce qu'en tant que conducteur, on se concentre entièrement sur la route.
  • Il est recommandé d'éviter les mouvements de la tête et de la presser contre l'appui-tête. En effet, lorsque la tête se balance d'avant en arrière pendant le trajet, le risque que l’on se sente mal augmente.
  • L'idéal est de faire des pauses régulières, de respirer l'air frais et de se dégourdir un peu les jambes. En revanche, un arrêt dans un lieu avec une odeur nauséabonde - par exemple celle de l'essence dans une station-service ou des gaz d'échappement - peut aggraver les nausées.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le Dossier

En quoi le fait de mâcher et d'avaler peut-il aider à lutter contre les nausées?

  • Il n'est pas bon de voyager l'estomac vide ou plein. Avant et pendant le voyage, il est conseillé de prendre des repas légers et pauvres en graisses.
  • Les mouvements de mastication semblent atténuer légèrement une réaction excessive de l'estomac. Il peut s'agir d'un chewing-gum, d'une racine de réglisse ou de petites tranches de gingembre cru.
  • Le gingembre est considéré comme un remède maison éprouvé contre les nausées. Ses enzymes atténuent la sensation de malaise dans l'estomac. Le mieux est de mâcher une tranche de gingembre frais. On peut aussi prendre une demi-cuillère à café de gingembre séché en poudre (également sous forme de capsules) une demi-heure avant de partir en voyage. Il est également recommandé de mâcher lentement de la racine de galanga, un proche parent du gingembre.
  • On peut aussi prendre de petites gorgées de thé au gingembre ou de thé à la mélisse citronnelle. Café? Alcool? – Signaux erronés en cas de tendance au mal des transports.
  • En tant que directrice de la plus grande pharmacie de plantes médicinales de Suisse, Nelly Richina connaît une autre astuce: le mélange de poudre de cumin, poivre blanc et racine de pimprenelle. On peut par exemple la combiner à de la farine d'épeautre pour faire des biscuits pour la route.
  • Le fait de sentir de l'huile de menthe poivrée peut également apporter un soulagement. On peut aussi en déposer une goutte directement sur la langue et la laisser se mélanger à la salive pendant un moment.

Quel est l'intérêt de l'acupressure contre le mal des transports?

  • La médecine traditionnelle chinoise comprend un point d'acupression contre les nausées: le point Nei Kuan se situe à trois doigts en dessous de la base du poignet, sur la face interne de l'avant-bras, entre deux tendons perceptibles. Avec le bout du doigt, on appuie sur ce point pendant plusieurs minutes dans le but d'influencer les flux d'énergie dans le corps et de calmer le tractus gastro-intestinal. 
  • On attribue le même effet positif aux bracelets d'acupression dotés de petits picots à l'intérieur.

Quels médicaments aident à lutter contre le mal des transports?

Les médicaments contre le mal des transports existent sous forme de comprimés, suppositoires, gélules, patchs. En premier lieu, il convient de distinguer - outre l'âge du voyageur - si l'on se sent régulièrement mal en déplacement ou si l'on souhaite emporter un remède d'urgence. Le chewing-gum de voyage est recommandé comme médicament de secours. Il agit en quelques minutes en cas de besoin et le principe actif est rapidement absorbé par la muqueuse buccale lors de la mastication.

Les personnes qui souffrent régulièrement de mal des transports devraient prendre un médicament à titre préventif une demi-heure avant le voyage. Il ne sert à rien de prendre un comprimé si l'on est déjà malade, car celui-ci ne pourra pas être absorbé par l'estomac/l'intestin.

L'automédication contre le mal des transports consiste généralement en des antihistaminiques. Ceux-ci contiennent une substance active qui bloque les récepteurs de l'histamine, un neurotransmetteur, et qui agit contre les nausées. Toutefois, un effet secondaire de nombreuses préparations - surtout celles de l'ancienne génération - est qu'elles provoquent de la fatigue et de la somnolence. Il est donc préférable de ne pas prendre le volant soi-même.

Il existe par ailleurs des remèdes homéopathiques qui aident à lutter contre les troubles liés au système nerveux central.

de Petra Koci,

publié le 19.09.2022


Cela pourrait également vous intéresser:

PAID POST: Petit conseil d’initié pour âmes citadines - la Slovénie urbaine

À découvrir