Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

7 idées reçues sur le système cardiovasculaire: qu’en est-il vraiment?

Avoir le cœur brisé nuit-il à notre santé? Les femmes meurent-elles plus souvent d’un infarctus du myocarde que les hommes? Voici les réponses.

Les femmes meurent plus souvent d’un infarctus du myocarde que les hommes

C’est vrai. Souvent, les femmes ne présentent pas les symptômes typiques tels que les douleurs thoraciques sur le côté gauche et l’irradiation dans le bras gauche. Chez les femmes, la douleur se manifeste dans le dos, le ventre ou la tête. Elles souffrent de nausées et de vomissements. De ce fait, de nombreuses femmes interprètent mal les symptômes et consultent donc moins rapidement un-e médecin. Le délai plus long entre l’apparition des symptômes et le début de la prise en charge est l’une des raisons pour lesquelles les femmes meurent plus souvent d’un infarctus du myocarde que les hommes. 

Les troubles du rythme cardiaque sont des signes avant-coureurs de l’infarctus du myocarde

Cela n’est pas tout à fait vrai. On parle d’arythmie cardiaque lorsque les battements du cœur se dérèglent. Normalement, le cœur bat régulièrement et à la même vitesse. Lentement au repos et plus rapidement en cas d’effort ou d’excitation. Les troubles du rythme cardiaque ne sont toutefois pas des signes avant-coureurs d’un infarctus du myocarde. Un infarctus du myocarde est généralement dû à une artère bouchée au niveau du cœur, qui empêche l’arrivée du sang.

Les peines de cœur nuisent à la santé

Oui, c’est vrai. Des situations émotionnelles extrêmes, comme le décès d’une personne proche, une séparation ou le stress, peuvent être des déclencheurs du syndrome du cœur brisé. Connu dans le jargon médical sous le nom de syndrome de Takotsubo. Les symptômes sont similaires à ceux de l’infarctus du myocarde: douleurs soudaines, pression et sensation de serrement dans la poitrine ou sueurs. Le taux de mortalité du syndrome de Takotsubo, comme celui de l’infarctus du myocarde aigu, est d’environ trois à cinq pour cent. En cas de symptômes graves, il convient de consulter un-e médecin ou de se rendre à l’hôpital. Sans examen médical approfondi, il est difficile de déterminer s’il s’agit d’un infarctus ou d’un syndrome du cœur brisé.

Sauter dans l’eau froide n’est pas dangereux pour la circulation sanguine

Faux. De grandes différences de température entre l’eau (p. ex. 18°C) et l’air (p. ex. 30°C) constituent une situation de stress pour le corps. Une immersion brutale dans l’eau froide provoque un rétrécissement soudain des veines et une forte augmentation de la tension artérielle. Elle peut également provoquer des douleurs musculaires qui entraînent des crampes. Une période d’adaptation est nécessaire, habituez-vous petit à petit à la température fraîche de l’eau. Les autres éléments à prendre en compte lorsque l’on nage.

Les personnes souffrant d’une maladie cardiaque devraient s’abstenir de faire l’amour

En principe non. Il est vrai que les rapports sexuels engendrent une augmentation de la tension artérielle et une accélération du rythme cardiaque. En règle générale, si l’acte sexuel ne provoque pas de difficultés respiratoires, de vertiges ou de sensation de pression accrue dans la cage thoracique, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Les personnes souffrant d’une maladie cardiaque devraient toutefois aborder le sujet avec leur médecin. Cela dépend de divers facteurs. Entre autres, du type et de la gravité de la maladie cardiaque.

L’apnée du sommeil est mauvaise pour le cœur

Vrai. Les personnes atteintes d’apnée du sommeil souffrent d’arrêts respiratoires trop fréquents et trop longs pendant leur sommeil. Si l’apnée du sommeil n’est pas traitée pendant une longue période, les personnes concernées souffrent psychiquement et physiquement. Le manque de sommeil réparateur engendre une sollicitation excessive du cœur et de la circulation sanguine. Cela peut par exemple entraîner une hypertension ou un infarctus du myocarde. Il est important que les spécialistes procèdent à temps à une évaluation. Plus d’informations sur l’apnée du sommeil.

Seuls cinq pour cent survivent à un arrêt cardio-circulatoire

Correct. Chaque année en Suisse, 8000 personnes sont victimes d’un arrêt cardio-circulatoire. Seuls cinq pour cent des personnes touchées survivent. En effet, rares sont les personnes qui peuvent être prises en charge par les services de secours dans le délai critique de trois à cinq minutes. C'est pourquoi il est important de savoir ce qu’il faut faire en cas d’arrêt cardio-circulatoire. Comment bien réagir.

En savoir plus

Vers le dossier

de Carmen Schmidli,

publié le 08.08.2023


Cela pourrait également vous intéresser:

Gagnez une de 15 cartes cadeau d'une valeur de 150 francs!

S'abonner