Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Se curer le nez, est-ce bon pour la santé?

Le curage de nez est un phénomène très répandu qui n’a pas que des côtés négatifs, comme le montre iMpuls.

Joachim Löw a fait la douloureuse expérience de l’opprobre jeté sur le curage de nez dans notre société. Pendant un match il y a quelques années, les caméras de télévision ont en effet zoomé sur l’entraîneur de l’équipe nationale d’Allemagne et montré comment il se fourrait les doigts dans le nez avec délectation depuis le banc de touche. Les téléspectateurs ont alors fait part de leur indignation et de leur amusement.

Pourquoi faisons-nous cela?

Les crottes de nez sont désagréables. Le fait de se curer le nez permet d’éliminer les sécrétions séchées et de mieux respirer. C’est une pratique répandue, comme le prouve la journée internationale du curage de nez le 23 avril. Et les chiffres sont sans appel: 62% des hommes et 51% des femmes se curent le nez en cachette d’après les évaluations réalisées par l’auteur Christoph Drösser pour son livre sur le sujet, «Wie wir Deutschen ticken».

Réserves médicales

Se curer le nez a beau être une habitude très répandue, à la différence de l’entraîneur allemand, la plupart s’adonne à cette occupation en cachette. «Cela ne se fait pas», dit-on aux jeunes enfants. Se curer le nez est en effet considéré comme une action inconvenante et peu hygiénique.

D’un point de vie médical également, ce geste n’est pas bien vu. Les ORL signalent qu’en cas de doigts sales, on risque alors de faire entrer dans le nez des germes (staphylocoques) et de provoquer des inflammations. Les écorchures que provoque cette pratique peuvent conduire à des croûtes et à des saignements ouvrant alors la porte aux bactéries.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le Dossier

Se curer le nez, un bienfait pour la santé?

Conseils pour se curer le nez
  • Si cela est absolument nécessaire, curez-vous le nez avec un mouchoir plutôt qu’avec vos doigts. Ainsi, vous vous protégez mieux d’une infection et vous évitez les mauvais regards.
  • Une façon plus hygiénique de remédier aux secrétions déplaisantes est d’utiliser des douches nasales, ou encore des pommades et des huiles pour le nez.
  • En cas de saignements de nez, ne farfouillez plus dans votre nez jusqu’à ce que la plaie soit guérie.
  • Sur le site web4health.info, il est conseillé de consulter un médecin lorsque l’on se cure le nez plus d’une heure par jour (au total, pas d’un seul tenant!). Ce phénomène pourrait venir de troubles obsessionnels, de tics moteurs ou d’un trouble de l’attention.

Dans une étude, les chercheurs du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de Harvard ont émis des hypothèses (relayées par les médias) selon lesquelles se curer le nez pourrait être bon pour la santé si on mange ses crottes de nez...

  • Les bactéries présentes auraient des effets positifs sur la cavité buccale et le pharynx et renforceraient ainsi le système immunitaire.
  • De plus, ce geste permettrait de prévenir les affections respiratoires et les ulcères gastriques.

«Je pense que cette information n’est pas une fake news, elle est intéressante et apporte un éclairage nouveau», commente le Prof. Daniel Bodmer, médecin-chef en ORL à l’hôpital universitaire de Bâle. Les enfants apprécieraient en effet vraiment de se curer le nez et de manger une partie du mucus. Cela pourrait faire sens «car il n’y a guère de choses dans la nature qui arrivent sans raison». Il souhaite toutefois attendre de nouveaux résultats d’études avant d’émettre des recommandations officielles poussant à manger ses crottes de nez. Pour lui, il est néanmoins pertinent et indiqué de creuser davantage ce thème.

Un dentifrice spécial en préparation

Les chercheurs américains vont même encore plus loin et veulent développer à présent un dentifrice contenant des mucosités nasales synthétiques. Et que ceux que cela révulse le sachent: nous avalons d’ores et déjà une partie conséquente des secrétions nasales - sans en avoir particulièrement conscience - via la cavité nasopharyngée. Les bactéries sont alors neutralisées ou détruites par l’acide gastrique. Bon appétit!

de Markus Sutter,

publié le 08.03.2018, ajusté le 18.10.2023


Cela pourrait également vous intéresser:

Du 20 au 26 février, 1 filet de grapefruits ou 500 g de pommes gala à Fr. 1.–

En savoir plus
Vitaminfranken FR