Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Fermer

Vivre plus sainement?

Vivre plus sainement?

Sit-ups, question des graisses, montagnes de muscles: attention à ces mythes sur l’entraînement physique

De nombreux mythes entourent le domaine du fitness et de l’entraînement physique. Nous vous révélons pourquoi la réalité est généralement bien différente et ce à quoi nous devrions vraiment faire attention.

1. Plus on s’entraîne, mieux c’est

Partiellement vrai. En principe, plus on s’entraîne, plus les performances augmentent. Toutefois, il faut savoir que pour que les muscles se développent, le corps a besoin de temps de régénération, car c’est à ce moment-là que les muscles se construisent et non, comme on le pense souvent, pendant l’entraînement. Il est donc recommandé de faire une pause d’au moins 24 heures entre deux séances de musculation. Il faut cependant éviter d’entraîner le même groupe de muscles deux jours de suite.

2. La combustion des graisses ne commence qu’après 30 minutes

C’est faux. Le corps n’a pas d’horloge lui disant: «voilà, ça fait 30 minutes alors commence à brûler les graisses.» Dès la première seconde d’un entraînement, le corps commence à brûler ses deux principales sources d’énergie: les graisses et les glucides. L’énergie mise à disposition est donc toujours issue de la consommation d’un mélange de graisses et de glucides. Le ratio du mélange est ici déterminé par l’intensité de l’entraînement et non par sa durée.

3. Les sit-ups me donneront des abdos bien dessinés

C’est une idée fausse très répandue. Il est vrai que les sit-ups permettent de faire travailler les muscles abdominaux. En revanche, l’éventuelle couche de graisse abdominale qui se trouve au-dessus ne disparaît pas automatiquement pour autant. Pour réduire ces amas de graisse, il est nécessaire de créer un déficit calorique. On y parvient en consommant moins de calories par jour que ce que l’on dépense. Les compteurs de calories peuvent aider sur ce point. Il reste un problème: notre corps ne puise pas nécessairement uniquement dans les zones graisseuses du ventre, mais se sert aussi ailleurs. Les personnes n’ont donc aucune influence sur l’endroit de leur corps où elles perdent du poids.

(Voir suite ci-dessous...)

4. Quand on est très musclé, on devient rigide

C’est le contraire qui est vrai. Si l’on s’entraîne correctement, c’est-à-dire en utilisant toute l’amplitude des mouvements, on peut même améliorer sa mobilité. Par contre, si l’on s’entraîne mal et que l’on n’utilise pas toute l’amplitude des mouvements, on peut réduire sa mobilité. Mais les muscles peuvent aussi se raccourcir au quotidien, par exemple lorsque l’on est trop souvent assis. Il est important de faire suffisamment de sport et de pratiquer correctement les exercices de fitness.

5. À 65 ans, on est trop vieux pour la musculation

C’est faux. On peut commencer à s’entraîner même à 90 ans. Car pour les seniors aussi, chaque entraînement, chaque mouvement est préférable à l’immobilité. Il est toutefois recommandé aux personnes âgées débutantes de se faire examiner au préalable par un professionnel de santé afin de faire le point sur leur état de santé et leurs performances et de pouvoir ensuite mettre en place un entraînement individuel adapté à leur condition physique. Elles peuvent aussi suivre un cours de fitness approprié proposé par l’École-club Migros.

6. Si je ne m’entraîne pas, mes muscles se transforment en graisse

Absolument pas. Le muscle ne se transforme pas intégralement en graisse. Il y a toutefois un risque de formation de graisse si l’on arrête l’entraînement et que l’on continue à manger les mêmes quantités aux repas. Il convient donc de réduire en conséquence l’apport calorique lorsqu’on fait une pause d’entraînement et de veiller à une alimentation adéquate. Lors d’une pause, on observe également le phénomène suivant: lorsque l’on ne fait pas d’effort pendant une longue période, les muscles se rétractent de plus en plus et rétrécissent.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le Dossier

7. Les courbatures sont le signe d’un entraînement efficace

Oui et non. Le fait d’avoir des courbatures après l’entraînement montre que l’on a sollicité le muscle de manière exceptionnelle dans une position inhabituelle. Mais on peut aussi s’être bien entraîné sans avoir de courbatures après. Souvent, ce sont des mouvements inhabituels comme les pas chassés ou le développé couché qui peuvent en provoquer. Comment lutter contre les courbatures? Voici plusieurs conseils utiles à ce sujet.

8. Les femmes se retrouvent avec des gros muscles «masculins» à cause de la musculation

Absolument pas. Les femmes ne doivent pas avoir peur de la musculation. Elles n’ont pas non plus besoin de s’entraîner différemment des hommes. Le muscle réagit toujours de la même manière à un stimulus. La croissance musculaire est notamment liée à la concentration de testostérone dans le corps. Plus celle-ci est élevée, plus il est facile de construire des muscles. Comme les hommes ont tendance à avoir une production de testostérone plus élevée que les femmes, la croissance musculaire est plus visible chez les hommes. Néanmoins, on ne peut pas exclure que chez certaines femmes aussi, les muscles soient bien visibles. Mais pour cela, il faut optimiser tous les facteurs possibles.


9. L’entraînement d’endurance est meilleur que l’entraînement de force pour perdre du poids

Oui et non. La musculation permet d’augmenter la masse musculaire, ce qui a un effet positif sur le métabolisme de base et le métabolisme de performance (nombre de calories brûlées au repos et pendant l’activité). Un mélange des deux est donc recommandé.

de Ringier Brand Studio / Thomas Wyss,

publié le 05.07.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Conseils santé dans la newsletter iMpuls, adaptés à ta vie.

S'abonner maintenant et gagner
geschenk-icon1