Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

8 conseils contre la fatigue printanière

Vous ressentez un «coup de mou» au début du printemps? Ce n’est pas une vue de l’esprit: de nombreuses personnes sont concernées à partir de la mi-mars. Comment remédier à la situation et que faut-il éviter?

La contradiction frappe uniquement au premier coup d’œil: alors que la nature sort de son sommeil hivernal et que les arbres et prairies bourgeonnent et fleurissent à nouveau, une fatigue pesante s’empare de certaines personnes.

Cet état connu sous le nom de fatigue printanière n’est pas une maladie, mais ce n’est pas non plus une illusion ou un phénomène purement psychosomatique: chez de nombreuses personnes, le manque de lumière durant la période hivernale ainsi que le changement hormonal laissent des traces dans l’organisme; nous sommes tous un élément du cycle de la nature.

Ce qui se passe dans l’organisme

Les sombres journées d’hiver ont tendance à nous faire mener une vie plus passive, et à l’image des animaux qui hibernent, l’organisme abaisse légèrement la température corporelle. Avec les jours qui rallongent et les températures qui remontent, la température corporelle augmente à nouveau elle aussi, métabolisme et système hormonal s’adaptent aux nouvelles conditions de luminosité. Les vaisseaux sanguins se dilatent, la tension artérielle diminue. Ces processus peuvent «pomper» temporairement de l’énergie aux personnes concernées. (Poursuivez votre lecture ci-dessous …)

Thèmes correspondants

Ce qui aide à lutter contre la fatigue printanière : 8 conseils

Des estimations partent du principe qu’un adulte sur deux ressent les symptômes de la fatigue printanière. Si l’on peut exclure que la fatigue n’est pas due à un manque de fer ou de vitamine B12, les conseils suivants sont les plus utiles:

 

  1. Avoir de la patience: prenez conscience que ce n’est pas une maladie. La saison est à l’origine de cet état affectant votre corps.  Lorsque les jours s’allongent et que les températures augmentent, le métabolisme et l’équilibre hormonal s’adaptent aux nouvelles conditions de luminosité. Les vaisseaux sanguins se dilatent et la pression artérielle diminue, ce qui peut vous priver temporairement d’énergie. 
  2. Jouer le chaud et le froid: le sauna avec refroidissement à l’eau froide ou une douche chaude suivie d’une douche froide sont deux moyens de stimuler la circulation sanguine.
  3. Sortir: la marche réduit le stress et a un effet relaxant. La lumière naturelle aide le corps à trouver son rythme naturel. Après 15 à 30 minutes à l’air frais, notre organisme libère des hormones stimulantes comme la sérotonine, la testostérone et l’endorphine.  Cela s’intègre facilement dans la vie quotidienne: pourquoi ne pas descendre un arrêt de bus plus tôt et continuer à pied?
  4. Manger léger: il est plus facile de consommer beaucoup de légumes et de fruits au printemps qu’en hiver.  Cela garantit un apport suffisant en vitamines, en nutriments et en minéraux. Outre les fruits et légumes, une alimentation riche en vitamines et en minéraux se compose de céréales complètes, de fromage, de séré, de riz complet, de pommes de terre et de pâtes et peut avoir un effet préventif. À servir avec des poissons contenant de précieux acides gras oméga-3, des substituts de viande riches en protéines ou des viandes maigres.
  5. Faire du sport: l’exercice physique donne un coup de fouet au corps et améliore l’humeur. Optez pour une reprise lente et en douceur, le corps devant se réhabituer à l’effort. Souvent, il faut se forcer un peu, car avec la fatigue, on préférerait simplement se détendre sur le canapé. Les sports d’endurance comme le jogging ou le vélo stimulent la circulation et chassent la fatigue. Après 10 à 15 minutes à l’air frais, la lumière naturelle active des hormones comme la sérotonine, la testostérone et l’endorphine et aide à chasser la fatigue printanière.
  6. Boire beaucoup: consommez autant que possible de l’eau, du thé ou des boissons non sucrées tout au long de la journée. Pour varier les plaisirs, agrémentez l’eau avec de la menthe, des quartiers de citron ou d’orange. Les petits fruits parfument aussi agréablement. Idée de thé: lavez du gingembre, coupez-le en lamelles avec la peau et portez-le à ébullition dans de l’eau. 
  7. Soutenir les changements hormonaux: qui dit plus de lumière naturelle dit plus de sérotonine mais aussi moins de mélatonine, l’hormone du sommeil.  Des heures de sommeil régulières aident le corps à bien gérer ce changement hormonal.  
  8. Ne pas trop dormir: en cas de fatigue, surélever les jambes et dormir de manière excessive n'aide pas. Céder à ce «coup de mou» n’est pas une bonne recette.  Le corps doit s’adapter à la nouvelle situation. Cela n’est possible ni pendant le sommeil, ni pendant les longues heures de détente. 

 

de Manuela Specker,

publié le 07.04.2017, ajusté le 24.03.2023


Cela pourrait également vous intéresser:

Fringale de sucreries? Votre coach vous aide

Commencer maintenant
frau-mit-smartphone